WUNDERKAMMER // 9 au 14 mai 2016

WUNDERKAMMER // 9 au 14 mai 2016

Sélection d’artistes:

- Mark Cooper

- Andrea De Amici

- Eric Dufour

- Diego Kuffer

- Andrea Pozzuoli

- Francesco Nuvolari

- Thierry Bansront

- Angelo Morelli

- Ugo Ricciardi

Cette étrange zone que l’on nomme l’ “art” est telle une pièce pleine de miroirs, ou une galerie acoustique dans laquelle de loin les plus faibles murmures sont perceptibles. Chaque forme évoque mille souvenirs et mille images secondaires. Dès qu’une image est considérée comme de l’art, c’est un nouveau nœud de rapports qui se crée, auquel l’image ne peut échapper. Elle devient une partie d’un ordre établi. (E.H. Gombrich)

Wunderkammer, littéralement “la chambre des merveilles”, est une expression allemande utilisée pour désigner les endroits particuliers dans lesquels, du XVIe au XVIIe siècle, les collectionneurs avaient l’habitude de conserver des objets divers et extraordinaires, autant pour leurs caractéristiques intrinsèques qu’extérieures. On peut le considérer comme le premier stade de développement du concept de musée, bien qu’il n’en ait pas les caractéristiques de classement et de méthode. 

Si l’effet original de la Wunderkammer consistait à susciter la stupeur du spectateur, en lui présentant des objets extraordinaires, ce même résultat est obtenu dans le parcours d’exposition en exploitant les caractéristiques propres de la photographie et d’éléments ludiques et décoratifs. Grâce à la présentation de figures répétées, de photographies d’art évocatrices, les objets dans cette exposition prennent des formes inhabituelles et se chargent d’associations, créant des synapses et des connexions dans l’imaginaire collectif et individuel.

La présentation évolue à travers un parcours d’associations fantaisiste et merveilleux, stimulant le visiteur pour qu’il retrouve les traces des analogies, des renvois et des correspondances entre les significations. Les images racontent une histoire, elles ont la capacité de révéler, d’ajouter des informations à ce que nous connaissons déjà. Images et sculptures se présentent comme des éléments d’une chambre des merveilles de l’artiste/collectionneur, un décor ludique qui cherche à montrer que la fantaisie et l’artifice sont à l’origine de tout.

Les formes et les motifs géométriques des sculptures ludiques qui, comme des sphinx contemporains gardent l’art, dialoguent à travers des renvois chromatiques aux œuvres photographiques sélectionnées par Alidem. L’entrée se présente comme une chambre des miroirs, faite de reflets, de réfractions et de répétitions.

Comme dans une Wunderkammer contemporaine, où des merveilles diverses et imaginaires sont collectionnées et se confrontent, de la même façon les sculptures interagissent avec les images photographiques ordonnant un univers individuel qui vit d’un caléidoscope de réfractions, de regards, de miroirs et de fantaisies chromatiques se répétant à l’infini en prenant des formes toujours diverses, tout en restant le même objet/sujet.