Femme, Femme, Femme,...

Femmes, Femmes, Femmes…

 

Lors de nos prochains Pop-up, nous avons l’immense plaisir d’accueillir des entrepreneuses qui utilisent notre espace dans le but  de faire connaître leurs univers et projets. Pour l’occasion, nous avons décidé des les mettre en avant afin de démontrer que l’entreprenariat et la prise de risques ne sont aucunement monopolisés par la gente masculine !

Voici donc :

Natacha Veen avec Let me Fly,

Michel Schneuwly avec michel couture,

Isaline Jaeckle avec thepolychromy,

Nadège Reveillon avec Urban Map,

Leslie Garoyan avec Sing a Song Clothing

 

Salut,

 

Pourrais-tu te présenter brièvement ?

Natacha Veen : Je suis une illustratrice-graphiste indépendante basée à Genève et fondatrice de la marque de créations textiles et papeterie « Let me fly» depuis 2008.

Je voue une admiration pour la faune et la flore, plus particulièrement les oiseaux, que j’ai eu la chance d’admirer plusieurs années dans mon pays natal, le Brésil. Mes illustrations, sérigraphiées ou imprimées, sont reproduites sur divers supports tels que le papier et le tissu.

Michèle Schneuwly : Originaire de La Gruyère, Designer de mode et créatrice de mon propre label de prêt-à-porter pour homme sous le nom de "michel". Moi-même: joueuse, déterminée, passionnée.

Isaline Jaeckle : Alors, je me nomme Isaline Jaeckle, j’ai 27 ans, et je crée des vêtements.

Nadège Reveillon: Cela fait maintenant 12 ans que je suis devenue indépendante, suite à la création du Guide Urban Map en 2002. Le guide a aujourd’hui 12 ans et moi 40 ans. Je suis aussi consultante en communication, éditrice et auteure de théâtre.

Leslie Garoyan : Mon nom est Leslie Garoyan, je vis à Genève, j’ai 24 ans, je viens de terminer mes études et je suis à la fois la fondatrice et la créatrice des vestes de la marque SING A SONG.

 

Décris-nous ton projet.

Natacha Veen : « Don’t forget to decorate » m’est venu de l’idée que j’ai toujours décoré, et même surchargé de décorations tout d’abord ma chambre quand j’étais enfant et adolescente puis mes appartements. Cette phrase est un peu ce que je me dis à l’intérieur de moi avec une touche d’humour pour ma décoration et j’ai eu envie d’appeler cette exposition ainsi. Cette dernière comportera plusieurs mûrs d’illustrations en sérigraphie et sous cadre, des textiles, et pour finir, un rayon papeterie avec des cartes postales, cartes de vœux ainsi que des cahiers.

Michèle Schneuwly : Label de prêt-à-porter pour homme aux inspirations british et suisse lié à mon vécu. Plongée directement dans les rues de Londres, j'y ai immortalisé mes premières silhouettes masculine qui serviront d'inspiration, le tout mélangé à mon univers personnel, mon vécu en Gruyère, mon amour du vintage, du home made et du naturel. "michel" est mon côté masculin. Ses points forts: le subtile dans les détails décalés des vêtements comme les retours des pantalons en tissu liberty, une poche cachée dans une couture et visible par son tissus rouge qui marque une ligne, ect. - le twist brithish mixé au swiss design.

Isaline Jaeckle : THE/POLYCHROMY. est un concept de créations textiles où chaque pièce est réalisée à Genève de A à Z. Sa philosophie véhicule un retour vers plus de sens, plus de qualité et plus d’honnêteté. Avec ce projet, je souhaite proposer une mode épurée et contemporaine, soucieuse de l’éthique et de l’environnement, et à prix abordables.

Nadège Reveillon: Urban Map, c’est avant tout l’idée de mettre en avant des lieux que j’aime et qui je pense, participent à faire de Genève une ville créative et attractive, loin des images reçues du luxe et de la banque. L’idée aussi de mettre sur un même support les "bouche à oreille" que l’on connait et ceux à découvrir. C’est le moyen de mettre en valeur et de faire connaître «  La Genève »  des genevois.

Leslie Garoyan : SING A SONG insuffle un renouveau à ce must-have masculin qu’est la veste blazer. La marque réinterprète des modèles classiques, chics et de traditions avec le décalage d’un Dandy 2.0. Vous suivez la ligne de l’égérie dans un style Dandy Chic adapté à toutes circonstances et sans cesse remaniée suivant les saisons et les tendances de la mode. La différence que nous avons avec nos concurrents est notre co-branding avec un musicien qui se trouve à la fois être notre égérie, mais aussi le personnage qui constitue l’entier de notre story telling de marque. L’album ALAIN est vendu avec la veste, directement dans une poche et sous forme de clé USB. Cette musique est l’inspiration première de la création de nos vestes.

Comment t’es venue ta vocation artistique ? Quelles motivations t’ont poussée à te lancer dans un projet entrepreneurial ?

Natacha Veen : J’ai toujours eu envie de faire ce métier, de me motiver à me lancer des challenges et essayer de voir grandir un projet par moi-même. J’aime être dans ma bulle et faire de l’illustration tant pour moi que pour un projet pour un client. C’est un peu stressant et agréable à la fois.

Michèle Schneuwly : Mes parents sont très créatifs et manuels, j'ai baigné dans ce milieu par mes parents qui refont tous les meubles eux-même, sont soucieux des détails, du home made, des choses bien faites, de la déco, mon père est peintre en bâtiment et est perfectioniste, minutieux, sensible aux couleurs, ma mère est très créative et bricoleuse, elle nous a appris à tricoter mais aussi à dessiner, à créer des bricolage de tout genre, ect. Mon Grand-Père est artiste peintre. Nous avons tous un côté créatif et une certaine facilité dans ce milieu. Les motivations qui m’ont poussée à me lancer dans un projet entrepreneurial? Les possibilités de suites professionnelles sont vraiment limitées dans ce domaine. Soit on part à l'étranger dans une maison de couture et on fait son bout de chemin, soit on travaille dans une usine ou une entreprise en tant que couturière ou designer mais en Suisse il n'y pas grand chose de créatif, soit on lance son label. Pour moi il y avait l'impossibilité de travailler dans une maison de couture en Suisse puisqu'il n'en existe pas et l'impossibilité de partir  à l'étranger à cause d'un emprunt à rembourser sur plusieurs années. Donc je me suis lancée sur la création de mon label qui était un rêve depuis plusieurs années. Mais surtout car j'aime être à la tête de projet, j'ai une aisance dans la gestion et la direction de projet et j'aime ça. J'aime diriger une équipe, créer de mes propres moyens un projet de a à z et le partager ensuite avec le public.

Isaline Jaeckle : Je crois que c’est tout simplement viscéral. J’ai toujours aimé dessiner, fabriquer des petites choses, être dans mon monde créatif. En ce qui concerne la motivation, je crois que quand on est animés par une passion et la créativité, on ressent tout simplement le besoin de les vivre pleinement. C’est assez instinctif. Je pense que j’ai aussi besoin de participer à ma manière dans des domaines qui me tiennent à coeur, mes valeurs : le respect de la Nature et le respect de l’être humain.

Nadège Reveillon: C’est le hasard de la vie qui m’a amenée à l’entreprenariat, à l’époque j’avais besoin d’un travail « saisonnier » et puis j’ai eu cette idée. Par ailleurs je viens d’une famille de commerçants et d’artisants, j’ai grandi à l’arrière boutique de ma mère... Il est vrai qu’entreprendre est quelque chose de naturel pour moi et cela ne me fait pas peur de créer des projets.

Leslie Garoyan : La marque SING A SONG est née de mon partenariat avec Alain Berloty. C’est au cours de la création de son univers artistique et en vue de la sortie de son premier album, que nous avons décidé d’unir nos domaines (musique et mode) et de mener le projet à bien.

 

Quel est ton parcours artistique/professionnel ?

Natacha Veen : J’ai étudié à l’ECAL en design graphique, Communication visuelle, diplômée en 2008, puis j’ai fait un stage chez Atelier Poisson à Lausanne et ensuite j’ai été employée à la Fonderie, à Genève, pour un graphiste indépendant. Depuis quelques années, je suis indépendante et du coup je travaille pour des mandats freelance tels que pour des marques, maison d’édition, presse, musique, et aussi pour des mandats de graphiste. En ce moment je travaille aussi quelques jours par semaine comme graphiste pour les activités culturelles de l’Université de Genève.

Natacha Veen

Michèle Schneuwly : CFC créatrice de vêtements La Chaux-de-Fonds - maturité artistique (La Chaux) - Bachelor Designer de mode HEAD Genève - Certificate of Advancied Studies HEAD Genève.

Isaline Jaeckle : J’ai fait une école de stylisme à Paris puis une formation de coupe et couture à Genève. Ensuite j’ai pris un petit local à Plainpalais afin d’en faire mon atelier et j’ai commencé à travailler sur mes idées et cela m’a mené à ma première collection qui sera donc présentée à The Square :) Petit à petit, je construis mon chemin.

Nadège Reveillon:  Je viens de l’art contemporain j’ai fait mes études aux Beaux-Arts de Grenoble Je suis partie une année vivre à Madrid où j’ai fait une formation complémentaire sur les outils graphiques car j’ai toujours aimé les livres, les objets imprimés. A 30 ans je me suis mise à écrire des textes de théâtre et l’écriture théâtrale est aujourd’hui la forme d’expression artistique qui me plait, d’ailleurs mon écriture a une forme particulière, proche de l’art contemporain

Leslie Garoyan : Après un passage aux Beaux Arts en Floride USA, Il y a 5 ans, j’ai décidé de me spécialiser, je me suis donc envolée pour Paris afin de rejoindre l’Istituto Marangoni où j’ai suivi un bachelor de FASHION DESGN pendant 3 ans. Durant la dernière année, au court d’une collaboration artistique avec Alain Berloty sur un projet musical, j’ai souhaité de me concentrer sur la mode masculine. A partir de là, le charme a opéré et la collaboration entre nous, qui partageons vie professionnelle et vie privée a donné naissance à la marque SING A SONG : Du Chic et de la Musique!

 

Quel sont tes inspirations actuelles ? Tes influences ?

Natacha Veen : Mes inspirations actuelles sont surtout des photographies d’animaux, de nature, de paysages ou de femmes, un mélange de tout. J’aime regarder des livres d’image et créer une histoire ensuite d’un moment donné, défini que j’illustrerai de cette histoire.

Michèle Schneuwly : Toujours Londres et mon univers qui évolue avec ma vie - je prends des éléments du passé mais aussi du présent, de tout, des magazine, d'expo, de défilé, d'architecture, de musique, ect.

Isaline Jaeckle : Le courant minimaliste. Je cherche beaucoup à simplifier au maximum le vêtement. Aller à l’essentiel. Mettre en avant une sorte de pureté. Une légèreté. Il y a la Nature aussi. J’y suis très attachée.

Nadège Reveillon: Je n’en ai aucune idée, un melting pot de pleins de choses je suppose : théâtre, cinéma, art, nature…

Leslie Garoyan : L’album d’Alain, mon dernier weekend à Londres, Dorian Grey, le paon, … Ah, oui et Disney aussi !

SING A SONG Promo Vidéo

Quels conseils ou mises en garde donnerais-tu aux femmes qui souhaitent réussir dans le milieu professionnel avec un projet indépendant?

Natacha Veen : Je pense qu’il faut croire en son projet, voir le point de départ et le chemin qu’il faut faire pour réussir, se créer des étapes, des points clés et s’y tenir. Je fais un bilan par année que j’écris, ou je me dis : cette année qu’est ce qui a été mieux que l’année passée ? Qu’est ce que j’aimerai changer, qu’est ce qui a bien fonctionné ? Qu’est ce qui a évolué ? Et aussi bien sûr, un bilan financier, des dépenses, des frais et voir si la situation vaut la peine ou s’il faut changer encore quelques points.

Michèle Schneuwly : Ne jamais rester seule et avoir le culot d'oser demander de l'aide à toutes les personnes possibles! On ne peut rien faire seul, on a besoin d'aide et ce n'est pas péjoratif, au contraire, ça permet de nouvelles collaborations, des connaissances, des partages et nous apprend énormément de choses.

Isaline Jaeckle : Je suis à l’aube de mon aventure artistique mais je pense qu’il est très important de développer sa confiance en soi et en la vie. Une attitude positive est plus que nécessaire pour oser se lancer dans un projet. Il faut y aller petit pas par petit pas et faire confiance au processus. Développer sa patience aussi. Et surtout s’autoriser à débuter.

Nadège Reveillon: Je n’ai pas vraiment de conseil, quand on sent que l’on est à sa place et que le projet est motivant et vient du cœur, on est capable de déplacer des montagnes ! La seule chose c’est peut-être de bien étudier les risques financiers et ne pas avoir peur de se remonter les manches car être indépendant veut surtout dire être multitâche !

Leslie Garoyan : Aujourd’hui on se pose trop de questions, STOP ! Il ne faut pas avoir peur il faut foncer.

 

Peux-tu nous en dire un peu plus son ton futur événement à The Square ?

Natacha Veen : Dix jours durant, dans un espace entièrement revisité par mes illustrations, vous aurez l’occasion d’y acquérir des pièces en série limitée de Prêt-à-porter, de papeterie ainsi que des sérigraphies de mes illustrations. Si vous souhaitez une illustration particulière,  il vous sera possible de me soumettre votre idée. Un vernissage en musique est prévu le mercredi 1er octobre 2014 dès 18h.

Michèle Schneuwly : Un évènement où l'univers de michel saura conquérir tout homme qui franchira le seuil du pop up store. Il se sentira dans son élément et michel prendra le temps de le mettre à l'aise en ciblant tous ses sens :-)

Isaline Jaeckle : Cet événement, c’est le lancement officiel de THE/POLYCHROMY. avec la présentation de la première collection dans une atmosphère épurée et agréable et je me réjouis énormément de ce moment de partage !

Nadège Reveillon: Nous allons vernir la 15ème édition d’Urban Map. L’envie est de partager un moment avec les acteurs du guide (les lieux) et les utilisateurs. Dans l’idéal, j’aimerais que ce rendez-vous puisse créer de manière « bon enfant » des liens (par exemple un artiste qui rencontrerait le responsable d’un lieu d’expo…)

Leslie Garoyan : The Square va nous offrir la possibilité d’être visible, c’est la naissance de SING A SONG à Genève! Ce sera quelques jours de vente comme une boutique la journée, d’apéro et de petit concert privé le soir.

 

Merci les filles!